top of page
  • Photo du rédacteurelodie

Quel type de con ou de conne êtes vous ? Qu'est-ce que la personnalité ? La réponse à tout ici !

Dernière mise à jour : 5 mars 2023

Qu'est-ce qu'un test de personnalité ?


Qu'est-ce que la personnalité ?


J'affectionne particulièrement la définition proposée par Jacques Fradin dans Manager selon les personnalités. Ils évoquent davantage le "positionnement grégaire" que le terme de "personnalité". Selon eux :


« La situation de groupe révèle immanquablement notre propension naturelle à nous positionner au sein d’un groupe [...] indépendamment de nos motivations, de nos compétences ou de notre fonction professionnelle [...] et détermine largement notre relation de force dans le groupe, notre position dans la hiérarchie du pouvoir animal, celui de la force physique et mentale. » Bien que la nature humaine soit complexe, nos personnalités, elles, correspondent à des traits davantage stéréotypés, en amont des valeurs transmises par nos référents ou la société. (Extrait La Stratégie du caméléon)

Chose importante à retenir : on ne choisit pas sa personnalité (ou son sémiotype) ! Jacques Fradin et Camille Lefrançois, dans leur ouvrage La Thérapie neurocognitive et comportementale, développent la théorie selon laquelle notre personnalité se développe entre 0 et 3 mois...


Durant cette période de tri neuronal, le nouveau-né associe tel type de tensions ou de mouvements corporels à une motivation profonde – dite « motivation primaire ». Cette motivation dépend en partie du circuit de récompense mis en place à la suite de la satisfaction de son besoin. (Extrait La Stratégie du caméléon)

Les tests de personnalité "classiques" : du MBTI au Big5


Le test de personnalité s'intéresse donc particulièrement aux caractéristiques "constantes" et observables de manière répétées dans les comportements d'un individu. Généralement utilisé dans le cadre de l’orientation professionnelle, du recrutement ou simplement pour le fun, le test de personnalité permet de dresser un petit état des lieux des comportements habituels. Généralement le test repose sur des traits de personnalité observables. Il existe de plusieurs sortes. Les plus connus étant le MBTI et le DISC, le plus scientifiquement validé étant l'OCEAN, encore dénommé "Big 5."


Les sémiotypes : état d'esprits observables à T0


De mon côté, je parle surtout de "sémiotype". C'est toute l'approche que j'ai développé dans La Stratégie du caméléon et dont je vous livre un extrait:


Un sémiotype est un profil, une tendance comportementale, ou encore une dynamique observable. Il s’agit d’une contraction entre les termes « sémiologie » et « archétype ». En effet, la démarche est sémiologique puisqu’il s’agit d’observer et d’analyser les signes présents dans la communication (mots et gestes, principalement). Le terme « archétype », quant à lui, renvoie à nos traits de personnalité plus stéréotypés et répétitifs que nous le pensons. De cette analyse découle une interprétation cohérente, pertinente et objectivante. Démarche qui rappelle celle du détective qui va cumuler les indices afin de retrouver le coupable. Dans le cadre du sémiotypage, nul Javert ni criminel, simplement la possibilité de se reconnecter à l’état d’esprit de son interlocuteur à un temps T0. Les sémiotypes que je vais vous présenter sont nourris par plusieurs disciplines. Cette approche synthétise les travaux de plusieurs chercheurs, notamment en éthologie, l’analyse des comportements animaliers, avec les travaux de Frans De Waal sur les grands primates et la notion d’empathie (De la réconciliation chez les primates). Dernièrement, l’université de St Andrews, en Ecosse, a développé « The Great Ape Dictionary », un dictionnaire unique en son genre, qui codifie visuellement les différents types de gestes réalisés par les grands primates. Sans oublier le travail d’observation de Bruno Humbeeck sur la répartition des rôles au sein d’une meute de loups. Les sémiotypes s’inspirent également des travaux d’Hubert Montagner et son ouvrage L’Enfant et la Communication. Avant de s’intéresser aux enfants, le parcours scientifique d’Hubert Montagner l’amène à observer les animaux. Par la suite, il s’oriente vers l’analyse comportementale des enfants, notamment dans les lieux de sociabilisation telles les crèches. C’est une des figures marquantes de la psychologie du développement. Les sémiotypes s’intéressent également à la thématique du position- nement social développée en neurosciences par Jacques Fradin, docteur et fondateur de l’Institut de neurocognitivisme (...)

Les grilles d'analyse citées précédemment sont scientifiques. Il en existe d'autres, non validées scientifiquement, qui ont toutefois retenu mon attention :


(...) notamment la théorie des 5 blessures de l’âme, développée par le psychiatre John Pierrakos – et reprise par Lise Bourbeau. Une théorie qui a le mérite de proposer une typologie corporelle selon les blessures de l’ego vécues lors de l’enfance. On comprend que la physiologie de notre corps (gros, maigre, bombé, rigide, mou) correspond à une façon d’être confronté au monde. De même, la théorie des quadrants développée par Ned Herrmann, dans Les Dominances cérébrales et la Créativité. Le test Herrmann, qui porte son nom, est l’un des plus couramment utilisés comme test de personnalité, mais aussi l’un des plus valides au monde. Il a par ailleurs inspiré en France le logiciel Prédom, développé par Eric Faure et Yves Penvern, qui permet de rendre compte des tendances comportementales de fond. Je l’utilise dans mes workshops centrés sur la cohésion de groupe. Enfin, cette approche des sémiotypes s’est inspirée des structures de la magie présentées par les fondateurs de la programmation neurolinguistique, Richard Bandler et John Grinder. (Extrait La Stratégie du caméléon)

Quel type de con ou de conne êtes vous ?


Qu'est-ce que la connerie ?


Avec humour (et surprises j’espère), je vous tend un petit miroir ici pour découvre votre part d’Ombre comme dirait l’autre… La définition de la connerie est vaste.

Les appellations et définitions du « con » sont nombreuses, j’en parlerai en détail. Partons tout de suite du principe qu’il s’agit du « mauvais coucheur », de celui qui préfère le chaos au fait de trouver une solution. C’est celui qui ne propose aucune alternative, qui se couche sur toute sortie « haute » possible. Extrait Ce que les gestes et les mots disent des autres (et surtout des cons)

Pourtant, on peut tout de même s'intéresser à ce fléau et en faire émerger quelques caractéristiques :


Visiblement, c’est un thème qui me passionne! Déjà abordée dans de précédents ouvrages, la question de la connerie me titille. Ce thème m’amuse, m’enthousiasme, me fascine, me sidère et... me terrifie. Et ce qui tombe bien pour moi : c’est l’un des thèmes les plus vendeurs. Pas un média qui n’ait traité ce point. Comment l’expliquer ? Le phénomène est à la fois :
  • global (être cerné par des cons),

  • spécifique (faire face à un con en particulier),

  • atemporel (les cons ont toujours existé et existeront toujours),

  • non localisé (les cons sont partout),

  • non culturel (le pays des emmerdeurs n’a pas encore été identifié),

  • drôle (« le dîner de cons »)

  • dramatique (taper sur Google «les morts les plus stupides » pour avoir une idée).

Typologie de cons et de connes


Je vous propose une typologie à 9 entrées, inspirée par les situations de la vie de tous les jours :

  1. Le con agressif, qui vous menace physiquement, et que vous pourriez croiser en sortant de chez vous.

  2. Le con instable avec lequel on ne sait jamais sur quel pied danser.

  3. Le con bossy qui se croit tout permis parce que c’est le boss.

  4. Le con jamais content, qui plombe vos envies et projets, et vos réunions de travail.

  5. Le con psycho que je vous souhaite de ne jamais croiser.

  6. Le con narcisse qui se croit le centre du monde.

  7. Le con bullshiter qui sait vous vendre du rêve.

  8. Le con mytho qui vous prend pour un jambon.

  9. Le con frenchy, garant de certaines spécificités culturelles...


Tous ces portraits s’adaptent aisément à toutes les situations de votre vie quotidienne et à tous les cons que vous allez croiser. Comprenez cette typologie comme un « continuum » : du con « léger » qui reprend seulement quelques aspects du portrait dépeint, au con « toxique », dont la santé mentale pose question. Dans ce dernier cas, on se rapproche de troubles pathologiques, relevant de la psychiatrie. Extrait Ce que les gestes et les mots disent des autres (et surtout des cons)

Passez le test !

Alors pour savoir quelle est votre tendance "naturelle" dans la connerie, passez le test ! Et rassurez-vous, votre serviteur ici présent n'échappe pas au phénomène...









2 062 vues0 commentaire

Comments


bottom of page