top of page
  • Photo du rédacteurelodie

Comment découvrir la vraie personnalité de quelqu'un et ses traits de caractère ?

Dernière mise à jour : 5 mars 2023

Les tests de personnalité


Le biais du déclaratif


Dans un article précédent, nous avons défini ce qu'est la personnalité, à travers la loupe de la connerie. Comme mentionné, de nombreux tests de personnalité existent, du MBIT au DISC, en passant par le Big5. Ils sont tous basé sur du déclaratif. Pourtant, il s'agit d'un biais important. Je l'observe d'ailleurs régulièrement dans mes interventions : lorsque l'éducation et les référents ont été très présents dans la vie de l'individu, celui-ci a tendance à répondre selon la petite voix du politiquement correcte, parfois contradictoire avec les comportements visibles.


Les signes et indices observables en situation


Il semble donc plus intéressant, de mon point de vue de sémiologue évidemment, de s'attarder sur les signes et indices observables, in situ et ad hoc, pour déterminer l'état d'esprit de la personne au moment où vous lui parlez, plutôt que sa personnalité. En effet, on tombe toujours sur plus conquérant que soi ! La vie et les contextes nous font changer. C'est donc intéressant de connaître la personnalité de son interlocuteur, mais plus encore son état d'esprit au moment où vous évoquez avec lui tel ou tel phénomène.


3 bonnes raisons pour mieux décrypter les gestes et les mots de ses interlocuteur


La personnalité, ce sont des traits, des comportements, des préférences « stabilisés », qui sont récurrents dans le temps, et qui fondent la personnalité. Pendant de nombreuses années, deux approches différentes (psychanalytique et cognitive) se sont opposés : est-ce que la personnalité est une sorte d’héritage qui ne bouge pas, ou bien, est-ce que la personnalité évolue au fil des circonstances et des événements ?

En réalité, il ne faut pas voir ces deux approches comme étant contradictoires, mais bien complémentaires. Elles sont toutes les deux assez juste : notre personnalité est un bagage avec lequel nous venons déjà au monde, et plutôt difficile à modifier. En revanche la prédictibilité des comportements restent encore périlleuse car l’être humain est en interactions et ce sont elles qui peuvent le faire bouger.


Décrypter à T0, au moment même de l'interaction le langage non verbal (les gestes) et verbal (les mots) de votre interlocuteur vous aide sur au moins 3 aspects :

  • Améliorer la qualité relationnelle : aider votre interlocuteur à verbaliser son malaise , par exemple ;

  • Avoir un temps d'avance dans les négociations ;

  • Augmenter son pouvoir d'influence et de persuasion : je vous renvoie à l'étude Wezowski que je mentionne dans mon dernier ouvrage ;


Autrement dit, il y a bien un déterminisme psychologique dans l’absolu, mais de manière relative dans les interactions sociales. Dans le contexte de la vie de tous les jours, notre personnalité se montre beaucoup plus inventive. Par exemple, si avez toujours tendance à vous agacer sur les tâches administratives, il y a peu de chances que ça change. En revanche, selon qui vous le demande et la manière dont on vous le demande, cela peut-être encore plus agaçant.


Nos idées reçues sur les mots


Les mots "outils" comme signature verbale individuelle


Pour savoir ce qui s'analyse au niveau des gestes, je vous renvoie sur cet article détaillé. Concernant les mots, en plus de ce que je détaille dans tous mes ouvrages (Anti Bullshit, et Ce que les gestes et les mots...), je vous laisse découvrir ce test du linguiste William Pennebaker. Mais avant, une petite précision sur ce qui est pertinent, en particulier à analyser.


Les mots disent tout de nous. Et c’est passionnant. Que pouvez-vous déceler dans une phrase ? Par exemple, vous pourriez deviner chez votre interlocuteur :

  • son niveau socioculturel (use-t-il de mots savants ou plutôt usuels ?) ;

  • son origine géographique (est-cequ’elle dit «poche» ou « sac plastique », « chocolatine » ou « pain au chocolat » ?) ;

  • sa personnalité (extravertie ou introvertie ?) ;

  • également son état psychologique (déprimé, sous l’usage de drogue, etc.).

De manière plus incroyable encore, les petits mots, encore appelés mots "outils" signifient encore davantage que les mots dits "plein". Ce n’est pas toujours le contenu qui intéresse le linguiste (le choix des mots, le vocabulaire, le lexique), mais bien la manière dont le contenu est agencé (style, syntaxe, place des mots).


Dans un registre plus léger, votre signature verbale est surtout présente dans les petits mots que vous employez (les prépositions, les articles, les pronoms, notamment). Étonnamment, ces « mots outils » disent parfois plus que des mots pleins. Et ce qui est génial, c’est que personne ne peut maîtriser la manière dont il organise ses mots. Certains chercheurs parlent même de « stylome » pour évoquer le code stylistique propre à chacun. Parfois, ce sont ces petits riens qui permettent aux plus grandes affaires criminelles d’être résolues (...) Extrait Ce que les gestes et les mots disent des autres (et surtout des cons)

Le test de William Pennebaker


Si vous souhaitez revisiter un certain nombre d'idées reçues sur l'utilisation du JE dans nos discours, vous pouvez faire le test :



408 vues0 commentaire

Comments


bottom of page